Les questions relatives aux types de dentifrices nous sont fréquemment posées.

Mais d’abord, à quoi sert le dentifrice ?

Utilisé avec une brosse à dent, le dentifrice permet avant tout de nettoyer la surface des dents en enlevant la plaque dentaire (appelé Biofilm). Par ailleurs, il a un rôle capital dans le nettoyage des bactéries et des débris alimentaires au niveau de la jonction entre les dents et la gencive ainsi que sur la surface de la langue. Enfin, on note également la capacité de certains dentifrices à enlever les tâches et colorations superficielles au niveau de l’émail des dents.

De quoi est-il constitué ?

Le dentifrice existe sous forme de pâte, de gel, ou bien de combinaison des deux. Quelle que soit sa forme, il est constitué de ces quelques éléments :

-Agents polissants et nettoyants : Silice, pyrophosphate de calcium sont quelques-uns des noms barbares d’agents qui permettent de nettoyer de façon plus ou moins abrasive la surface des dents. Ils constituent la majorité des composants, de 20 à 50%.

-Agents Humectants et eau, pour lui donner sa forme et son caractère humide à long terme. Ils représentent environ 20 à 30% des composants.

-Agents de conservation : Dans le cas du dentifrice, ceux-ci sont surtout utilisés pour leur caractère antibactérien. On cite le plus souvent les agents sucrants de conservation non cariogènes comme les édulcorants et leur teneur dépasse rarement 2 à 3 %.

-Agents moussants et liants, 1 à 2 %.

-Arômes, afin de faire varier le goût. 1 à 2 %

-Agents thérapeutiques, tels que le fluor et dont la teneur équivaut à 1 % environ.

1% d’agents thérapeutiques, ce n’est tout de même pas beaucoup…

Mais c’est suffisant ! Leurs actions peuvent être ordonnées en 4 catégories :

-Prévention de la carie

Grâce notamment au fluor, un oligo-élément qui protège la surface des dents, peut réparer l’émail lorsque celui-ci est atteint d’une carie au stade débutant et augmente même sa résistance aux bactéries. Les études les plus récentes ont pu montrer que l’utilisation d’un dentifrice fluoré réduisait les risques de caries de 20 à 30%, quel que soit l’âge du patient, à condition de respecter la teneur adaptée à chaque tranche d’âge.

-Réduction des sensibilités dentaires

Les agents aux noms délicats tels que le nitrate de potassium et le chlorure de strontiumpermettent de diminuer radicalement les sensibilités, qui se caractérisent le plus souvent par une exposition de la deuxième couche de la dent (dentine) et son activation par des stimulus thermiques (froid-chaud), tactiles, ou osmotiques (modifications de pression dans la dent). Ces agents nécessitent plusieurs semaines d’utilisation avant d’être pleinement efficaces.

-Réduction du tartre au dessus de la gencive

Le pyrophosphate ou le zinc permettent notamment de retarder la formation de tartre mais n’ont en revanche aucune influence sur le tartre déjà présent. Seul un détartrage avec l’Hygiéniste peut remédier à ce problème.

-Blanchiment des dents

Les agents polissants permettent de nettoyer la surface de la dent et d’enlever les tâches les plus superficielles par leur côté abrasif. Cependant, seul un véritable blanchiment dentaire sera efficace pour blanchir l’intérieur des dents et obtenir des résultats exceptionnels, à long terme.

Finalement, quel dentifrice choisir ?

Comme souvent dans le domaine de la prévention, il n’existe pas UNE mais des centaines de réponses à cette question car une individualisation sous les conseils de l’Hygiéniste est indispensable pour obtenir la plus grande efficacité possible, pour chaque patient. Il est toutefois possible d’éditer certaines règles suivant les profils :

-Enfants de 0 à 3 ans

Un soupçon de pâte dentifrice suffit, deux fois par jour, de type « Enfant 0-3 ans » c’est à dire ne contenant pas plus de 500ppm de Fluor.

-Enfants de 3 à 6 ans

Un « petit pois » de dentifrice pour enfant (500ppm de fluor) suffit.

En réalité ce n’est pas tant l’âge que la capacité de l’enfant à cracher le dentifrice après le brossage qui importe : tant que l’enfant ne sait pas cracher, il est indispensable de conserver un dentifrice contenant 500ppm de Fluor.

-6 ans et plus

1 cm de dentifrice conventionnel suffit, contenant 1450ppm de Fluor. Il est primordial pour l’enfant de voir l’Hygiéniste afin d’être conseillé sur la quantité de fluor et le type de dentifrice à utiliser suivant son profil.

-Adultes avec érosion dentaire-hypersensibilités

Un dentifrice spécifique est recommandé, dont le degré d’abrasivité (appelé RDA) doit impérativement être réduit.

-Adultes avec maladie parodontale (déchaussement)

Un dentifrice contenant des antiseptiques spécifiques est recommandé, et de nombreuses marques en proposent.

-Adultes souhaitant un blanchiment

Si leur santé bucco-dentaire leur permet, il est possible d’utiliser des dentifrices légèrement abrasifs mais sur une courte période, ou bien à base de charbon actif.

Enfin, certains points méritent d’être clarifiés :

-La quantité de dentifrice n’a aucun impact sur l’efficacité des principes actifs ! Une trop grande quantité de dentifrice sera directement éliminée par le corps humain.

-Il convient de ne pas se rincer après le brossage, puisque l’on risque de diminuer le principe actif. Recracher le dentifrice suffit amplement.

-Le fait d’utiliser un bain de bouche directement après le brossage est inutile puisque les principes actifs sont les mêmes que dans le dentifrice et seront donc éliminés par le corps humain.

J’ai compris qu’il était indispensable de recevoir des conseils personnalisés sur les dentifrices et l’Hygiène bucco-dentaire ->