Les questions relatives à la fréquence des détartrages nous sont fréquemment posées.

Mais d’abord : Qu’est ce qu’un détartrage ?

Un détartrage est un acte consistant en l’élimination du tartre et de la plaque dentaire, à la fois au niveau supra-gingival (au dessus des gencives) et sous-gingival (en dessous). De nombreux instruments peuvent être utilisés, que ce soit de façon manuelle avec des curettes ou bien automatisée par le biais d’inserts ultrasoniques. Avant ou après détartrage, un polissage est également réalisé sous forme de deux techniques qui peuvent être complémentaires : par utilisation de pâtes à polir appliquées sur la surface des dents ou par aéro-polissage.

Mais alors, quand devrais-je faire un détartrage ?

La période de reformation du tartre est variable, et peut aller de quelques semaines pour certains patients à plusieurs mois pour d’autres.

Cette durée varie selon :

-Les habitudes alimentaires (nourriture collante, rétentive, sucrée)

-L’Hygiène bucco-dentaire (fréquence et utilisation de la brosse à dent, d’accessoires interdentaires, des bains de bouches fluorés)

-Les éventuelles maladies (diabète, immuno-dépression, etc)

-La prise de médicaments (anti-dépresseurs, anti-coagulants, etc)

-La qualité et la quantité de salive, puisque c’est elle qui est à l’origine de la calcification des dépôts dentaires transformant la plaque en tartre.

Il n’existe donc pas de délai précis à partir duquel il devient nécessaire pour tous les patients de consulter de nouveau leur Hygiéniste pour un détartrage.

Cependant, c’est précisément le but d’une séance d’Hygiéniste adaptée que de recevoir des conseils individualisés afin de définir une date cohérente, réaliste, et adaptée au budget pour les rendez-vous de suivi. (Par exemple il ne serait pas correct de proposer un rendez-vous de détartrage tous les 12 mois à un patient atteint d’une maladie gingivale et qui présente des difficultés à nettoyer ses dents du fond)

Pour conclure on peut noter qu’un détartrage devient nécessaire en moyenne à partir de 9 à 12 mois dans le cas de patients ne présentant pas de pathologies ou de risques particuliers et possédant une hygiène bucco-dentaire suffisamment adaptée.

Je souhaiterais avoir plus d’informations lors d’une séance avec l’Hygiéniste ->